Accueil > Actualités & Brèves > Inoreader lance Teams pour se transformer en outil de veille collaborative

Inoreader lance Teams pour se transformer en outil de veille collaborative

Inoreader, l’un des agrégateurs de flux RSS les plus en vogue du moment a annoncé la semaine dernière le lancement de Teams. Une fonctionnalité pertinente et utile pour les organisations qui souhaitent mener une veille collaborative.

Qu’est-ce qu’Inoreader for Teams ?

En créant des équipes directement depuis Inoreader, il est possible de partager et de commenter des articles en mode privé. Ces actions ne seront visibles que par leurs membres.

inoreader-for-teams

(capture d’écran de mon compte Inoreader)

La fonctionnalité s’intègre à toutes celles proposées actuellement par l’agrégateur ; il sera par exemple possible que les membres des équipes reçoivent une notification sur leur smartphone ou par email.

Chaque veilleur pourra donc suivre différentes sources ou mots-clés sur son propre compte avant de les partager au groupe. Un excellent moyen de répartir la charge de travail.

Dans le cadre d’un projet de veille, cette fonctionnalité sera précieuse pour les structures qui désirent mutualiser la phase de collecte et de traitement de l’information. Elle devrait ainsi faciliter la mise en place d’une surveillance partagée entre plusieurs personnes.

Les cas d’usages d’Inoreader pour les équipes

Selon moi, la fonctionnalité permettra de réaliser des gains de temps non négligeables pour les cellules de veille. Partager et commenter des articles avant leur sélection dans un livrable assurera une réactivité et une fluidité dans la transmission de l’information. À condition de garder à l’esprit qu’avant l’outil, censé faciliter le travail, il faut penser management d’une équipe de veille pour la rendre durable et incontournable.

Par ailleurs, une veille collaborative a deux impacts majeurs sur les organisations :

  • en interne, avec la démocratisation des pratiques de veille à l’ensemble des métiers agissant sur le décloisonnement des services et des pôles ;
  • en externe, à l’heure où l’entreprise étendue devient une réalité pour bons nombres de secteurs d’activité.

Plusieurs cas d’usages de cette fonctionnalité d’Inoreader peuvent ainsi être imaginés :

  • les équipes d’une agence de communication souhaitant suivre l’e-reputation de leurs clients, intégrant le directeur de clientèle, le chef de projet et les chargés de veille ;
  • un enseignant qui partage des ressources avec ses étudiants et qui aspire à stimuler la conversation et l’échange avec ces derniers ;
  • des blogueurs spécialisés ou des journalistes surveillant un secteur d’activité et qui désirent discuter des prochains sujets à traiter ;
  • un syndicat professionnel ou un pôle de compétitivité qui est tenté d’annoter des articles pertinents pour les envoyer à ses membres ;
inoreader-veille-collaborative

(image du blog d’Inoreader)

Comment bénéficier d’Inoreader pour les équipes ?

Pour cela, il vous suffit de vous rendre dans votre compte Inoreader et de cliquer sur « Teams » dans le tableau de bord en haut à gauche. La fonctionnalité est accessible sur abonnement. Son prix varie en fonction du nombre de comptes de l’organisation (de 10 à 100 membres). Après avoir échangé avec Inoreader afin de mieux comprendre le modèle économique de cette fonctionnalité, voici ce qu’il faut savoir pour l’utiliser.

L’idée générale d’Inoreader concernant ce service est de ne faire payer qu’un compte au sein d’une organisation pour bénéficier de la fonctionnalité. Ainsi, seul le manager de l’équipe sera amené à régler l’abonnement mensuel.

Dans le cas d’un abonnement à 49,99 $ / mois, le manager pourra ainsi :

  1. créer autant d’équipes qu’il souhaite (une équipe R&D, une équipe Marketing, etc.) ;
  2. inviter 10 autres membres dans sa (ou ses) équipe(s).

L’ensemble des comptes ajoutés par le manager seront automatiquement mis à jour avec le plan professionnel. Il sera le seul à pouvoir ajouter ou supprimer des membres dans des équipes. Pour rejoindre une « team », il n’y a donc pas besoin d’un plan payant. Pour cela, il faut être invité par le manager de l’équipe.

Il n’y a pas de limites sur le nombre de groupes qu’il est possible de créer ; c’est le total de membres uniques des équipes qui est compté. Ainsi, si un membre fait partie de deux équipes, il ne sera décompté qu’une seule fois par Inoreader.

Comme pour les autres formules d’abonnements sur Inoreader, la facturation est automatique. Si celle-ci est annulée ou s’il y a un incident dans le paiement, les équipes ne sont pas supprimées et les articles déjà diffusés et commentés restent disponibles. Par contre, il ne sera pas possible d’en diffuser de nouveaux et les comptes des différents membres repasseront sous le statut de membre standard.

Vous peinez à suivre le marché des outils de veille, l’actualité des réseaux sociaux ou les tendances digitales tant les innovations et les mutations sont rapides ? Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement ma newsletter hebdomadaire ▶︎ Cliquez ici

Ce modèle économique peut paraitre complexe à comprendre de prime abord. Au final, il est relativement intéressant puisque chaque compte membre d’une équipe bénéficie d’un plan pro (50 $ / an). Par exemple, pour une organisation souhaitant impliquer 10 veilleurs le coût annuel sera de 50 x 12 = 600 $ / an. Si cette dernière avait fait le choix d’équiper ses 10 veilleurs d’un compte pro Inoreader, elle aurait payé : 50 x 100 = 500 $ / an. Pour 100 $ de plus par an, elle pourra ici déployer une veille collaborative et ainsi gagner en réactivité en interne.

Seul bémol que j’ai remonté à Inoreader : pour des structures de 2 à 3 membres, le premier plan (pour 10 comptes) peut s’avérer relativement cher. Attendons de voir s’ils feront évoluer le modèle pour rendre la veille collaborative encore plus accessible aux petites organisations 😉

Que pensez-vous de cette nouvelle fonctionnalité ? Est-ce judicieux selon vous ? Connaissez-vous d’autres outils de ce type ?

About these ads
Vous avez aimé cet article ? Donnez lui une note !
1 étoile ? Mince, l’article ne vous a pas plu ?2 étoiles ? OK, je ferai mieux la prochaine fois !3 étoiles ? Ouf, j’ai la moyenne !4 étoiles ? Merci, c’est sympa :-)5 étoiles ? Au top, merci beaucoup ! (3 vote(s) pour une moyenne de 4,67 sur 5)
Loading...

Commenter

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires *

*

``