Accueil > Opinions & Réflexions > Mémoire de fin d'études > Histoire et développement de l’intelligence économique en France

Histoire et développement de l’intelligence économique en France

Dans cet article, je vous propose une synthèse historique sur le développement de l’intelligence économique en France visant à en comprendre les origines.

Cet article est une synthèse de passages non-confidentiels de mon mémoire de fin d’étude. Certains points méritent donc probablement un approfondissement et des discussions. Ainsi, n’hésitez pas à commenter ou à poser vos questions à la fin de l’article dans la partie réservée à cet effet. Les autres articles issus de mon mémoire sont accessibles ici.

Longtemps méconnue en France, en dépit des travaux de pionniers tels que Ms. Guillaumot, Clerc, Harbulot, l’amiral Lacoste ou le préfet Pautrat, elle finira par « naitre » officiellement dans le vocabulaire des affaires françaises suite à la publication du rapport Martre en 1994 (qui en donnera la définition traditionnelle[1]), réaffirmé lors de la publication du rapport du député Carayon (Carayon, 2003) commandé par Jean-Pierre Raffarin alors Premier Ministre. L’une de ses conséquences a été la création de la mission du Haut Responsable chargé de l’Intelligence Economique (HRIE), poste occupé par Alain Juillet, qui a occupé de nombreuses fonctions de directions d’entreprises internationales à la fin des années 2000 et ancien directeur du renseignement de la DGSE[2]. La participation active[3] des entreprises au dispositif sera quant à elle amorcée par la publication en 2004 du rapport du MEDEF sur l’IE (MEDEF, 2004).

Après les travaux d’Alain Juillet en tant que HRIE, une Délégation Interministérielle à l’IE (D2IE) a vu le jour en octobre 2009 ; il ne s’agit plus d’un homme, mais d’une équipe. La création de cette délégation répondait à la volonté du Président de la République et du Gouvernement de créer une structure plus visible, avec une légitimité accrue grâce à son caractère interministériel. Son objectif était également de continuer à abroger les distances avec les entreprises ; comme l’avait été le HRIE, le choix du représentant de la D2IE s’est porté sur un ancien responsable du secteur privé, Olivier Buquen.

Ainsi, depuis une dizaine d’années, l’IE est apparue comme une nécessité pour le développement économique. Elle s’est institutionnalisée, puis est devenue l’un des pans de la politique économique française connue sous l’appellation PPIE : la Politique Publique d’Intelligence Economique. Le déploiement de la PPIE est l’une des premières missions de la D2IE, que M. Buquen définissait lui-même comme la « stratégie de l’Etat » (Guide du routard, 2012, p. 5). Conscient de l’importance de l’IE dans la compétition mondiale, l’Etat s’implique à tous les niveaux pour montrer la voie et vulgariser la méthode pour en accélérer la mise en œuvre[4].

Cette action de l’Etat en matière d’intelligence économique, à tous les échelons nationaux, s’est structurée autour de trois axes principaux, définis par la circulaire du Premier Ministre de septembre 2011 : la veille stratégique, le soutien à la compétitivité et la sécurité économique. Le rassemblement de l’IE sous ces trois axes est une spécificité française, d’autres pays les traitant distinctement. A cela s’ajoute une mission transversale de l’Etat de promotion de l’intelligence économique auprès de tous les acteurs, qu’ils soient publics et / ou privés.

[1] Définition de l’IE (Martre, 1994) : « ensemble des actions coordonnées de recherche, de traitement et de diffusion de l’information utile aux acteurs économiques, en vue de son exploitation à des fins stratégiques et opérationnelles ».

[2] La DGSE est la Direction Générale de la Sécurité Extérieure, le service de renseignement extérieur de la France.

[3] Certaines entreprises pratiquaient déjà l’IE, mais les pratiques étaient relativement hétérogènes et peu visibles.

[4] Ce qui se vérifie notamment dans la volonté actuelle du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESR) de sensibiliser tous les étudiants à l’intelligence économique (Bonnafous, 2013).

SOURCES :

  • BONNAFOUS, Simone, 2013. Mise en oeuvre du référentiel de formation « Intelligence économique et nouveaux risques du 21ème siècle » [en ligne]. 18 mars 2013. S.l. : s.n. [Consulté le 20 mars 2013]. Disponible à l’adresse : http://www.intelligence-economique.gouv.fr/actualites/zoom-sur-la-mise-en-oeuvre-du-referentiel-de-formation-intelligence-economique-et.
  • CARAYON, Bernard, 2003. Intelligence économique, compétitivité et cohésion sociale [en ligne]. rapport public. S.l. [Consulté le 18 juin 2013]. Disponible à l’adresse : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/034000484/index.shtml.
  • FILLON, François, 2011. Circulaire n°5554/SG : Action de l’Etat en matière d’intelligence économique [en ligne]. 15 septembre 2011. S.l. : s.n. [Consulté le 16 mars 2013]. Disponible à l’adresse : http://www.economie.gouv.fr/files/2011_09_15_Action_de_l_Etat_en_matiere_d_IE.pdf.
  • GUIDE DU ROUTARD, 2012. Le guide de l’intelligence économique. n°1. S.l. : Hachette livre. ISBN 301-00-00-02-09-12.
  • MARTRE, Henri, 1994. Intelligence économique et stratégie des entreprises [en ligne]. Paris. Commissariat général au Plan. [Consulté le 10 juillet 2013]. La documentation française. Disponible à l’adresse : http://bdc.aege.fr/public/Intelligence_Economique_et_strategie_des_entreprises_1994.pdf.
  • MEDEF, 2004. « Intelligence Economique » : recommandations et propositions du MEDEF [en ligne]. Paris. [Consulté le 27 juin 2013]. Disponible à l’adresse : http://archive.medef.com/medias/upload/70046_FICHIER.pdf.
Advertisements
Partagez sur :

À propos Bryan

Fondateur du blog Keep it Simple, je conseille, accompagne et forme les organisations (entreprises, collectivités, associations, etc.) afin d'optimiser leur présence sur internet et leur gestion des outils numériques. Après plusieurs années en agence et chez l'annonceur, je dispose de la double vision client-prestataire. Face à une demande de plus en plus importante, j'ai fondé en 2017 l'agence Ouest Digital.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

risus. mattis massa commodo consequat. amet, eleifend ipsum
``